Deprecated: Function set_magic_quotes_runtime() is deprecated in /home/nadyelca/domains/mariehelenebellavance.com/public_html/textpattern/lib/txplib_db.php on line 14
Marie Hélène Bellavance website

S'ancrer dans la Suspension

12. mars 2007

Présenté à Tangente du 22 au 25 mars 2007

Chorégraphes : Marie-Hélène Bellavance et Stéphanie Vignau
Conception artistique : Marie-Hélène Bellavance
Interprètes : Stéphanie Vignau, Simon-Xavier Lefebvre,
Francis O’Shaughnessy, Marie-Hélène Bellavance
Musique : Samuel Laflamme
Vidéo : Anil Ragubance
Conception d’éclairage : Amélie Bourbonnais

L’albatros, cet oiseau aux ailes trop lourdes. Gracieux dans l’apesanteur, lorsqu’il touche le sol, il est comme ces marionnettes qui auraient perdu les ficelles qui les soulevaient. Cette image de l’albatros nous rappelle combien l’équilibre des corps est parfois irrationnel

Montréal, le 12 mars 2007 – Tangente récidive pour sa 3e et dernière semaine avec sa bannière Corps atypiques du 22 au 25 mars 2007. La conclusion de cette série de spectacles est laissée à l’artiste multidisciplinaire Marie-Hélène Bellavance qui continue dans la lignée de la performance du corps dans tous ses états en nous offrant S’ancrer dans la suspension. Se disant elle-même performeure en danse, Marie-Hélène Bellavance s’était fait fortement remarquée aux côtés de France Geoffroy dans une œuvre de Jemima Hoadley en saison dernière à Tangente. Cette fois-ci, elle revient en tant que chorégraphe et interprète.

S’ancrer dans la Suspension est une rencontre entre la danse, l’art visuel et l’art performance.

Visuellement saisissante et poétiquement évocatrice, la pièce pose un regard critique sur le corps moderne dans son unicité et sa multiplicité, en utilisant la prothétique et l’amputation comme moteur d’exploration.

Sur scène les quatre interprètes sont placés au centre d’une histoire sans récit, sinon celui des gestes humains dans leur fragilité, leur naïveté, leur malaise et leur interdépendance. Ici, l’audience est transportée dans un univers vacillant où les interprètes chancèlent entre la légèreté du rêve et du jeux et la viscéralité physique. Un univers où chacun cherche à s’ancrer à l’intérieur de soi ou à travers l’autre, mais se retrouve sans cesse re-propulsé.